Fiche relative à une expression "personnelle"

Titre Nonchalant, moi ?
Notes Je suis un bricoleur, un bâtisseur et un fonceur: j'aime travailler avec passion.
D'où peut provenir que je paraisse nonchalant dans certains cas ?

Deux circonstances me viennent à l'esprit.

** travail passionné

Première circonstance de nonchalance.
Il m'est très difficile de faire un travail qui ne me passionne pas. Heureusement je me suis arrangé pour que le travail que j'ai à faire soit intéressant pour l'essentiel. Mais comme une thèse c'est long, je ne suis pas en permanence en ébullition. En fait, quand le travail que j'ai à faire me fait chier, plutôt que de le faire directement, je tâche de me débrouiller pour le rendre intéressant ou amusant, etc. pour me ramener au cas précédent, et m'y jeter avec passion.

Je pense et j'espère que dans l'avenir je convergerai vers une façon de travailler dans laquelle je travaille peu de temps et à fond, et je fais plein d'autres choses le reste du temps. Irréaliste ? Je ne sais pas, en tout cas je vais essayer.

** Mener sa barque

Deuxième circonstance de nonchalance.
J'agis toujours comme je le sens. Je ne veux pas me forcer à feindre des choses. Quand ce que je sens bien n'est pas la bonne chose à faire, je me dis qu'il faut changer quelque chose: soit mon analyse est mauvaise quelque part, soit mes motivations sont déplacées. (Exemple typique: le temps perdu au boulot les mauvais jours.)

Alors la première solution est de passer en commandes manuelles (je me force à faire quand même ce qu'il faut parce que comme ça c'est fait), et en espérant que je prenne le pli et que ça vienne tout seul ensuite. Mais ça peut être laborieux au début.

L'autre solution est de tenter d'influencer ma motivation par en haut, en espérant que ce qui doit être fait finira par être assez évident et ça coulera de source. Malheureusement il semble que cette dernière méthode puisse demander énormément de temps avant que ça fonctionne.

* Et la nonchalance dans tout ça ? T'en a pas parlé !

En effet.
Eh bien, j'ai eu effectivement des occasions d'estimer que ce que je faisais spontanément m'amenait dans une mauvaise direction. Quand cela arrive, je réfléchi à ce qu'il faut changer et je le change avec le temps et la volonté nécessaire.

Ce genre de travail intellectuel retentit globalement sur la vitalité de ma motivation. Si tout est bien, je fonce dans tout ce que je fais, je me repose quand il le faut, mais l'idéal est rare. Si je suis très affecté par quelque chose, ou que je dois me forcer à faire quelque chose qui ne vient pas naturellement, je peux devenir nonchalant, de la même façon qu'on avance moins vite en terrain difficile que sur une autoroute...

URL
Fiche créée le 25.06.2001

Retour aux index des fiches: Culture, Réflexion,

(Le mot "FIXME" qui appaît ici et là signifie que je sais qu'une fiche est incomplète ou à corriger. Voir la fiche correspondante dans la section "culture"). Les commentaires, critiques, etc. sont les bienvenus, que ce soit pour des points importants comme des points de détail (fautes de frappe, etc.).

Stéphane Gourichon